La ville de Bahia à l’est du Brésil est connue pour ses palmiers et ses plages de sable blanc et son climat de savane. À 600 km à l’intérieur des terres, tout au nord de l’état se trouve la vallée de Sao Francisco, au climat chaud et sec. Avec ses plantations de mangues et de citrons verts, ses vignes et ses champs de melons et d’oignons, la vallée est destinée à la culture des fruits et des légumes. Avec les digues, le fleuve de Sao Francisco est devenu un gigantesque lac qui rend le paysage de savane ainsi favorable à l’agriculture.

Casa Nueva est un petit village à l’autre bout du lac. «  Presque tous ceux qui travaillent sur nos plantations habitent à Casa Nueva et n’ont besoin que de quelques minutes en vélo pour se rendre au travail, car nous sommes juste de l’autre côté du pond sur l’autre rive du lac  », raconte Amrit Mohanani, responsable de la production chez Pritam Frut (son père s’occupe de la gestion et de l’exportation).

Il y a environ 20 ans, la famille a fondé la plantation dans la vallée de Sao Francisco. Le climat est idéal pour la plantation de mangues, qui peuvent être cultivées qu’entre août et la fin décembre. À l’inverse de celles-ci, les citrons verts ne sont pas des fruits saisonniers, car ils peuvent être produits toute l’année. Un critère important pour Amrit Mohanani est que grâce à l’usage multiple du sol, 90 petits agriculteurs des plantations ont du travail toute l’année à s’occuper des quelque 50 000 manguiers et 25 000 citronniers. Pendant la récolte des mangues, 150 travailleurs saisonniers se joignent à la plantation. Dans le centre de production, on travaille en roulement 24h/24.

En 2008, Pritam Frut a reçu la certification Fairtrade. «  Au Brésil, beaucoup de choses ne sont pas comme en Europe, rapporte Amrit Mohanani, mais en comparaison avec le sud du Brésil, les gens qui vivent ici, à l’est, sont vraiment désavantagés. Que ce soit le système sanitaire ou les écoles, rien n’est en bon état. Nous voulons apporter notre contribution pour améliorer la situation.  »

Ces 10 dernières années, les travailleurs ont utilisé leurs primes Faitrade pour différents projets  : pour les soins dentaires, pour les travaux sur leurs maisons, pour l’installation de l’électricité, pour les réparations de toiture et pour plusieurs formations. Il y a maintenant des cours de mathématiques et de biologie pour mieux préparer les élèves aux examens d’entrée pour les écoles. Un professeur de portugais aide les adultes à améliorer leurs connaissances parfois rudimentaires en lecture et en écriture. On peut aussi se préparer aux examens de conduite et il y a des cours d’informatique. Amrit Mohanani a fait construire un petit bâtiment pour l’école et prend en charge les coûts qu’il engendre. «  Avec les primes Fairtrade, on a pu acheter 10 ordinateurs, qui offrent aux élèves de nouvelles possibilités d’apprentissage. Même les travailleurs saisonniers qui ne sont engagés que pendant la période de la récolte des mangues peuvent profiter des primes Fairtrade. Chaque mois, ils reçoivent un panier avec des aliments de base comme du riz, de la farine et des pâtes. C’est grâce aux clients qui achètent des citrons verts et des mangues Fairtrade, qu’on peut, dans la plantation, investir dans plusieurs projets Faitrade. 30 à 40 % des fruits peuvent être commercialisés selon les principes Fairtrade, raconte Amrit Mohanani, ce qui est beaucoup, en comparaison avec les autres producteurs Fairtrade.  » Dans la vallée de Sao Francisco, les producteurs espèrent que les clients Fairtrade resterons fidèles, car il ne s’agit pas seulement de financer les projets en cours, mais aussi d’en réaliser des nouveaux.